Idahobit 2023 IMG_9359

La cyber-Homophobie et
la cyber-Transphobie
Internet offre des opportunités incroyables pour apprendre, se rassembler et se divertir. Cependant, les personnes LGBTQ+ sont encore prises pour cibles sur les plateformes numériques, et cette violence, peu souvent prise au sérieux, a des  conséquences réelles et néfastes sur les individus.
Puisque la cyberhomophobie et la cybertransphobie se font en ligne, les intimidateurs ne sont pas témoins de la douleur qu’ils ou elles causent et, par conséquent, il est facile pour ces personnes de continuer, voire d’intensifier leurs attaques, ce qu’elles ne feraient peut-être pas si elles avaient la personne en face. Or, les insultes, railleries et menaces qui circulent en ligne blessent de vraies personnes.


Quelques chiffres


73%
Des personnes LGBTQ+ ont déclaré avoir déjà été personnellement attaquées ou harcelées en ligne (Selon VpnMentor).


35%
Des jeunes LGBT intimidé.e.s en ligne ont déclarées avoir eu des idéations suicidaires à cause de la cyberintimidation. 1


x2
La proportion de la population qui a déjà fait l’expérience de la cyberintimidation à un moment de leur vie a presque doublée entre 2007 (18%) et 2016 (34%). 2

1/5
Des jeunes LGBT pensent que la cyberintimidation est une part normale et inévitable de la vie en ligne. 3
Solutions
Signaler
Si vous voyez du contenu violent (incitation à la haine, menaces, etc.) signalez le contenu ou son auteur.e à la plateforme.

Porter plainte
Si vous recevez des messages de menaces, ou que vous êtes harcelé.e, vous pouvez porter plainte. 


 Bloquer
Si vous ne souhaitez plus être contacté.e par une personne, n'hésitez pas à la bloquer. 




Masquer
Si vous êtes un charge d'une page, vous pouvez masquer ou supprimer les commentaires qui ne correspondent pas aux valeurs de votre page. 
Personne n’a la responsabilité d’éduquer le monde sur les enjeux LGBTQ+ dans son temps libre, surtout lorsque cela implique de se faire insulter. Cependant, répondre peut faire changer d’avis certaines personnes, notamment les spectateurs passifs ou les personnes qui sont plus ignorantes que malveillantes.

                                                                                                                                
Répondre

Personne n’a la responsabilité d’éduquer le monde sur les enjeux LGBTQ+ dans son temps libre, surtout lorsque cela implique de se faire insulter. Cependant, répondre peut faire changer d’avis certaines personnes, notamment les spectateurs passifs ou les personnes qui sont plus ignorantes que malveillantes.

Ressources

Si vous êtes victime de propos discriminatoires et haineux au sujet de votre orientation sexuelle ou de votre genre, plusieurs organisations sont à votre disposition pour vous aider :
Lignes d'écoute: Stop Homophobie 
+33 (0)7 71 80 08 71 24h/24, 7j/7par téléphone ou SMS.

  • Mineurs victimes de cyberharcèlement, de propos haineux et discriminatoires sur Internet ou via les réseaux sociaux, contactez Net Ecoute au 0 800 200 000 (appel gratuit et anonyme).
  • Mineurs victimes d’homophobie à l’école appelez le 30 20 (numéro vert).
  • l’Association Le Refuge au 06 31 59 69 50 24h/24, 7j/7 par téléphone ou SMS.


Police Nationale 17
Victime en Europe le 112





Campagne 17 Mai 2021 contre l'homophobie et la Transphobie
Commander
Affiche en PDF
dépliant en PDF
Retour Sommaire