IDAHOBIT 2024 Idahobit2024 Deux anges aux ailes délicates s’embrassent tendrement sous un ciel clair, symbolisant l’amour universel pour la Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, 17 mai 2024. #IDAHOBIT2024 #AmourSansFrontieres La Terre vue de l'espace, dominée par un immense cœur arc-en-ciel enchaîné, capturant les luttes pour l'égalité lors de la Journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie, 17 mai 2024. #IDAHOT2024 #EgalitéMondiale" Un groupe de personnes voilées par un tissu aux couleurs de l'arc-en-ciel, reflétant la diversité et l'unité pendant la Journée internationale contre les LGBT+phobies, 17 mai 2024. #JournéeMondialeContreLGBTphobie #UnitéDansLaDiversité Un cœur arc-en-ciel volant librement dans l'espace face à une Terre sombre, avec à l'arrière-plan une scène de deuil tenue par des figures religieuses sur une autre planète, illustrant le conflit entre acceptation et rejet lors de la Journée mondiale contre les LGBTI+phobies, 17 mai 2024. #IDAHOBIT2024 #ConflitEtEspoir Un cœur enchaîné, moitié Terre, moitié arc-en-ciel, entouré de personnes LGBTI sous un ciel radieux à droite et des cœurs tombant vers la terre à gauche, symbolisant la dualité de l'acceptation et du rejet lors de la Journée mondiale contre les LGBTI+phobies, 17 mai 2024. #IDAHOBIT2024 #CoeurPartagé A divided heart, with darker shades on the left and lighter, blueish tones on the right, where people on the right attempt to join the armed individuals on the left, symbolizing confrontation and hope during IDAHOBIT 2024. An impressive view of Earth with a huge rainbow-colored heart chained to its surface, symbolizing the global struggles for LGBT+ rights during IDAHOBIT 2024. Dos manos encadenadas emergiendo del espacio sostienen la Tierra, con un corazón arcoíris flotando en el centro, mientras un dictador y una población vestida de negro observan pasivamente, ilustrando la lucha global por la libertad frente a la opresión en IDAHOBIT 2024. Duas mãos acorrentadas emergindo do espaço seguram a Terra, com um coração arco-íris flutuando no centro, enquanto um ditador e uma população de preto observam passivamente, ilustrando a luta global pela liberdade contra a opressão durante o IDAHOBIT 2024. 地球が虹色の心臓と埋め込まれた棺を披露し、周囲の人々がそれを見守る姿を描いています。この画像は、LGBT+ コミュニティが直面する損失と持続する希望を象徴しており、2024年のIDAHOBITでの集団的な支援と記憶の重要性を強調しています。 一名男子全身涂覆彩虹色,被警察拘束并由腰部上的链条连接,背景中其他男子袖手旁观,象征着2024年IDAHOBIT期间对LGBT+自由的压迫和社会的冷漠。 Окруженный цепями полицейский крепко держит обнаженного мужчину, окрашенного в цвета радуги, также закованного в наручники, под пассивным взглядом других мужчин, символизируя борьбу против репрессий и равнодушия к правам ЛГБТ+ в рамках IDAHOBIT 2024.

Félicitations aux Lauréats 2018 du «#ParisPrizeforLGBTRights » : Handi-Queer (France), La NGLHRC (Kenya) et Ameen Rhayem (Liban)  Comité Idaho france partenaire 2018 



































De nombreuses personnes, à travers le monde, restent discriminées et voient leurs droits violés en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, Anne Hidalgo a remis, ce jeudi 17 mai 2018, le premier « Paris Prize for LGBT Rights », en présence de son adjointe Hélène Bidard, et de Jean-Luc Romero-Michel, adjoint à la Maire du 12e arrondissement de Paris et conseiller régional. C'était d'ailleurs la première des 52 recommandations de son rapport « Paris, ville phare de l’inclusion et de la diversité » : Un Prix décerné à « un•e militant•e ou une association qui se distingue par des actions courageuses et inspirantes en faveur de l’égalité des droits ».
Les récipiendaires sont choisis par un jury composé de huit membres auquel s’ajoute un président. Pour cette première édition, Edwin Camron, Juge de la Cour Constitutionnel d’Afrique du Sud, qui a distingué Handi-Queer, toute jeune association qui lutte contre l’handiphobie et les LGBTQIphobies. Son champ d’action s’articule autour de l’intersectionnalité entre handicap et orientation sexuelle/identité de genre/caractéristiques sexuelles. Ils militent notamment pour la « normalisation » des corps et la dépathologisation des handicaps ainsi que la déconstruction des processus sociaux qui contribuent à faire des personnes handicapées des personnes victimes de « discrimination » car perçues comme diminuées. Le mouvement « handiqueer » s’intéresse également à la sexualité des personnes handicapées et à la reconnaissance de leur vie sexuelle. L’association tient un blog et une page Facebook où ils partagent leurs expériences en tant « qu’Handiqueer » ; la Commission nationale des Droits humains des Gay et Lesbiennes du Kenya (NGLHRC), organisation qui fait un travail révolutionnaire dans le contexte difficile de l’émergence des démocraties africaines. Actuellement, ils travaillent à une affaire qui permettrait de faire tomber la criminalisation des relations sexuelles consenties entre personnes de même sexe ; ainsi que Ameen Rhayem, journaliste et présentateur, militant trans engagé comme bénévole depuis l’âge de 18 ans, dans plusieurs associations LGBTQI+ au Liban. Il a travaillé avec des travailleurs migrants et avec des enfants dans le besoin. Son travail au sein de la Fondation arabe pour les Libertés et l’Égalité lui a permis de renforcer son savoir qui lui est désormais utile dans sa vie de tous les jours. Après avoir été diplôme de l’université, Ameen R hayem a dédié toute son éducation, ses efforts, son temps et son travail à sa communauté. Il a analysé tous les médias libanais en 4 ans et en est parvenu à la conclusion que le meilleur m o yen d’arrêter les discours de haine en ligne contre les personnes LGBTQI+ était de répondre à toutes les représentations mensongères qui en sont faites. Ameen Rhayem a publié 12 vidéos entre 2016 et 2017 sur son compte Facebook pour répondre à des présentateurs qui avaient accueilli des personnes trans sur leurs plateau, pour leur expliquer comment traiter les sujets relatifs à la communauté LGBTQI+ sans être irrespectueux, harceleur, grossier ou pourvoyeur de haines. Les vidéos sont devenues virales et de nombreuses organisations de la région les ont relayées. Ameen Rhayem a été ensuite invité dans des vidéos en arabe, produites pour la page Facebook du GAB (Gender and Bodily rights media center) au sujet du genre et de la sexualité, à l’occasion de la semaine de visibilité des personnes trans. Ameen Rhayem fait de son mieux pour que chaque jour son travail apporte un prochain changement. Il travaille avec ses frères et sœurs trans pour leur faire connaître leur droit et les moyens de les faire valoir dans leur vie de tous les jours. Le soutien et la confiance énormes que lui apportent la communauté trans est au-delà de tous les mots. Avec l’organisation de cet événement, Paris se place « à la pointe d’un combat majeur, conforme à ses valeurs et à son Histoire ». Ville de conquêtes et de progrès, Paris continue ainsi de porter « les exigences d’égalité des droits et de liberté pour chacun d’être soi-même. C’est pourquoi nous agissons au quotidien, auprès des associations, pour lutter contre les préjugés et les discriminations qui touchent les personnes LGBT+ », s'est félicitée Mme Hidalgo. Parmi les membres du Jury, Stuart MILK, Fondateur de la Fondation Harvey Milk, Thierry MOULIN, Co-président de l’Association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et transsexuelles à l'immigration et au séjour (ARDHIS) et Alice NKOM, avocate au barreau de DOUALA, Présidente de l'Association de défense des homosexuels du Cameroun, par ailleurs Lauréate également cette année du Prix IDAHOT « Pour la liberté » (Comité IDAHO France, STOP homophobie, Mousse). https://www.stophomophobie.com/laureats-2018-du-paris-prize-for-lgbt-rights-handi-queer-france-la-nglhrc-kenya-et-ameen-rhayem-liban/



Paris Prize Image comité idaho france
Sommaire